Protégeons nos paysages
Non aux éoliennes !
Vous avez dit "éolienne" ?


Lointaine héritière des moulins à vent, une éolienne est un dispositif qui transforme l'énergie cinétique du vent en énergie mécanique, laquelle est ensuite le plus souvent transformée en énergie électrique. Les termes « centrale éolienne », « parc éolien » ou « ferme éolienne » sont utilisés pour décrire les unités de production groupées, installées à terre ou en mer. Dans ce dernier cas, on parle d'éolienne offshore.

Une éolienne, ça produit de l'électricité.

C'est vrai, les éoliennes sont conçues pour ça. Mais faut-il encore qu'il y ait du vent (et pas trop) ! Quand il n'y a pas de vent, l'éolienne ne produit rien. Lorsque le vent est faible ou, au contraire, trop fort, l'éolienne ne fournit pas sa pleine puissance. On appelle taux de charge le rapport entre la puissance réelle moyenne de l'éolienne et sa puissance nominale. Le taux de charge
moyen en France ne dépasse guère les 20 %, assez important dans les zones ventées des régions côtières, il sera beaucoup plus faible dans notre région avec ses vents capricieux.

Vous pouvez connaître en temps réel la prévision du taux de charge des éoliennes de nos voisins de La Souterraine en allant sur ce site. Vous pouvez avoir sur ce même site les valeurs pour tous les parcs éoliens existants.

Vous pourrez constater que le rendement des éoliennes est vraiment faible.

Les éoliennes, c'est naturel.

Bof, pas vraiment ! Les éoliennes s'intègrent très mal dans le paysage.

Les éoliennes de 4 MW que l'on veut nous imposer mesurent 180 m de haut. De plus, elles sont équipées de flashs visibles à des dizaines de kilomètres.

Ces engins constituent une véritable agression pour notre paysage limousin réputé pour son caractère sauvage et campagnard. Il perdra ainsi son principal intérêt touriistique.

De plus les éoliennes sont bruyantes. Leur bruit lancinant s'entend à des kilomètres. Vous pouvez découvrir le bruit d'une éolienne en allant sur ce site. Les exploitants de parcs éolien affirment que l'émergence, c'est à dire l'augmentation du bruit ambiant à cause des éoliennes, ne dépasse pas 5 dB le jour et 3 dB la nuit. Il faut savoir qu'une augmentation de 3 dB revient à doubler l'intensité sonore, une de 5 dB à la tripler. A 3 dB d'émergence, les éoliennes font autant de bruit que les petits oiseaux, à 5 dB, elles ont font deux fois plus !

Et si ce niveau d'émergence est dépassé, combien faudra-t'il de plaintes et de temps passé pour que les exploitants réagissent, surtout que le niveau de bruit, comme le vent, est variable et imprévisible. Les exploitants n'aiment guère brider leurs éoliennes.

Voici un petit tableau estimant le bruit généré par des éoliennes lors d'un vent moyen de 30 km/h :



L'éolien, alternative au nucléaire.

Comparons la puissance réelle d'une éolienne à celle de la centrale nucléaire voisine de Civaux :

  Puissance nominale
 Taux de charge
 Puissance réelle
 Eolienne 4 MW
 20 %
 0,8 MW
 Civaux 2900 MW
 80 %
 2320 MW

Donc, la centrale de Civaux équivaut à 2320 / 0.8 = 2900 éoliennes !

C'est donc qu'il faudrait près de 3000 éoliennes pour espérer une production équivalente à celle de la centrale nucléaire de Civaux. Même en serrant ces éoliennes à 200 m les unes des autres, elles constitueraient une ligne continue de 600 km ! Elles occuperaient une surface de 12000 hectares soit presque deux fois la superficie de la ville de Limoges !

Et cela ne permettrait même pas de supprimer la centrale nucléaire ! Nous avons besoin d'électricité même quand il n'y a pas de vent !

Et si l'on voulait remplacer en totalité le parc nucléaire français (62 400 MW), c'est 62 400 éoliennes de 4 MW qu'il faudrait ! En les répartissant sur le territoire national (643 801 Km2) et en ne tenant même pas compte des zones urbanisées ni des zones franchement défavorables (fonds de vallées, montagnes inaccessibles, ...), c'est d'une éolienne tous les trois kilomètres qu'il faudrait couvrir la France ! Et cela ne résoudrait en rien l'aspect aléatoire du vent ...

On nous oppose souvent la notion de "foisonnement" c'est à dire "il y a toujours du vent quelque part". Non seulement cette notion n'a rien d'une certitude (elle est même totalement fausse, surveillez les bulletins météo pour vous en convaincre) mais même si elle s'avérait exacte, par combien faudrait-il multiplier les quantités d'éoliennes citées ci-dessus pour subvenir à nos besoins ?

Imaginer qu'une part importante de la production d'électricité pourrait provenir de l'éolien est non seulement une utopie mais une absurdité.

L'éolien, c'est sans danger.

Non ! Les parcs éoliens présentent des risques comme tous les équipements industriels.

Les éoliennes sont des équipements électriques et donc ne sont pas à l'abri de court-circuits et d'incendie. Il arrive que des éoliennes s'abattent à terre ou perdent une pale. A quelle distance peut être projetée une pale de 65 mètres et d'une dizaine de tonnes lorsqu'elle s'arrache d'une éolienne tournant à pleine vitesse ? Vous pouvez voir des vidéos impressionnantes sur ce site.

Et il y a aussi un danger économique : le tourisme va pâtir de la défiguration des paysages, les habitations proches des champs éoliens vont voir leur valeur diminuer considérablement, l'arrivée de néo-ruraux recherchant le calme et la tranquillité va se tarir.

Au niveau de la santé des riverains, les éoliennes posent aussi des problèmes. Les infrasons (vibrations) qui se propagent par le sol et traversent les murs peuvent provoquer des troubles du sommeil, des maux de tête, des vomissements. Le corps médical recommande de ne pas placer d'éolienne à moins de 1500 m (au lieu des 500 m prévus par la loi) des habitations.

Les éoliennes sont écologiques.

Véritable hachoirs à oiseaux, elles créent de nombreuses victimes lors de chocs avec les pales. Lorsque qu'une de ces éoliennes géantes tourne à 10 t/mn, la vitesse en bout de pale atteint les 250 km/h. Comme toutes les hautes structures (arbres dépouillés, pylônes, ...) les éoliennes attirent, pour leur malheur, les rapaces. De plus leur installation participe à la déforestation de l'habitat de ces oiseaux. Une vidéo poignante est disponible ici. Les chauves-souris sont aussi d'innocentes victimes de ces engins. Leurs organismes fragiles ne résistent pas aux différences de pression provoquées par la rotation des pales.

Les animaux terrestres ne sont pas mieux lotis. En plus de la destruction de leur habitat naturel, ils sont soumis au bruit, aux infrasons (auxquels ils sont souvent très sensibles) et aux champs électromagnétiques générés par les éoliennes.

L'énergie éolienne est par nature imprévisible et extrêmement variable. Il faut donc pour répondre aux jours sans vent et aux pics de consommation, utiliser des centrales thermiques polluantes et génératrices de gaz à effet de serre. L'augmentation du parc éolien français s'accompagne de la construction de nouvelles centrales thermiques !

Le bilan carbone des éoliennes est catastrophique. Il faut les construire, les acheminer sur de longues distances, effectuer les terrassements nécessaires à leur implantation et les mettre en place. Vous trouverez sur ce site une étude complète sur ce sujet. Les risques de pollution sont importants. Voir ce site ou ce site ou, encore, celui-ci.

Et enfin, après une vingtaine d'années, lorsqu'elles auront terminé leur cycle de vie, elles doivent être démantelées. Le coût de cette opération est loin d'être négligeable sans même toucher au socle béton, (voir sur ce site) et dépasse de beaucoup la provision de 50 000 € demandée aux promoteurs. Très peu des matériaux constituant les éoliennes sont recyclables et cette action produira un grand nombre de déchets irrécupérables et dégagera beaucoup de gaz à effet de serre. De plus, leurs fondations (de 35 m de diamètre sur 6 m de profondeur, réalisées avec 40 tonnes de ferraille et 1500 tonnes de béton) resteront et ne peuvent être réutilisées. Si l'exploitant souhaite continuer à utiliser le site, de nouvelles fondations seront coulées. Nous aurons ainsi pour l'éternité des millions de tonnes de ferrailles et de béton inutilisables dans nos sols.


"Au départ, l'énergie éolienne est une très bonne idée, mais à l'arrivée, c'est une réalisation tragique. Si on nous disait au moins que cela permettrait de fermer des centrales. Mais ce n'est pas le cas. Cela peut dénaturer des paysages pour des résultats finalement incertains ..."

Nicolas Hulot